Nouvelle-Zélande : l’étonnante activité géothermique de Rotorua

A la suite du Coromandel, nous avons longé la côte au sud en passant par le Mount Maunganui, près de Tauranga, avant d’atteindre une des étapes que nous avions hâte de découvrir, Rotorua.

 

Mount Maunganui

 

Le Mount Maunganui est (comme le Mount Eden à Auckland), un cône volcanique éteint. Il faut compter une petite heure pour arriver à son sommet. Nous sommes partis de Pilot Bay et sommes redescendus en prenant le chemin qui mène à Main Beach. La ballade est vraiment agréable et offre de beaux points de vue.

La plage de Pilot Bay (sans vagues) est parfaite pour faire trempette et se rafraichir à la fin de la randonnée !

 

 

Rotorua

 

Rotorua est le point central d’une des zones géothermiques les plus actives de Nouvelle-Zélande. Ca sent (« pue » serait le mot le plus approprié) le soufre (comprendre l’œuf pourri) partout dans la ville et de la fumée sort du sol très souvent.

Evidemment, la ville et ses alentours regorgent d’endroits et d’activités en relation avec cette particularité.

La meilleure entrée en matière de cette activité géothermique sont les divers points (gratuits) où elle se manifeste.

 

Kuirau Thermal Park

Un parc, au milieu de la ville de Rotorua avec différents « bassins » qui fument. On peut emprunter un chemin de bois suspendu au-dessus du plus grand et plus impressionnant. En tongs, ça chauffe les pieds !

 

Sulphur Point

Un petit chemin de seulement quelques minutes, toujours dans la ville de Rotorua, derrière le Government Garden, permet d’atteindre une étendue de « plage » blanche avec de petits cratères fumant. L’eau juste après ressemble davantage à du lait.

 

Kerosene Creek

Tout autour de Rotorua, il est possible de se baigner dans des sources chaudes naturelles. Kerosene Creek en fait partie. La petite chute lui donne du charme et, à sa base, on se croirait dans un jacuzzi. On peut se baigner dans une eau « à température de bain » sur plusieurs mètres le long de la rivière.

 

Mud Pool

Juste avant le parc de Wai-O-Tapu, cela vaut le détour d’aller observer cette piscine de boue avec des trous plus ou moins actifs. On a vraiment l’impression qu’ils respirent et qu’ils ne sont pas contents !

Une fois cette initiation effectuée, on ne peut pas omettre la visite de l’incontournable Wai-O-Tapu Wonderland. L’entrée coûte 32.50$ par personne (nous avons obtenu une réduction sur le site backpackerdeals.com, non pas de 10 mais bien de 11% ! 🙂 . C’est déjà ça…).

La première étape est le geyser Lady Knox qui entre en éruption tous les matins à 10h15 précises. En réalité, cette ponctualité est due au fait que son réveil est déclenché par un ranger juste après une petite présentation de la bête, grâce à une sorte de glaçon de savon. Le tout manque un peu de « naturel » mais cela reste très impressionnant et, au moins, on n’a pas loupé LE moment !

Le parc est ensuite composé d’un chemin de 3 kilomètres (environ 1 heure de ballade) qui est une succession de manifestations de l’activité géothermique : des cratères, des bassins, de la boue, de la fumée, des lacs et surtout des couleurs par dizaines. Même si on est conscients que la nature est capable d’être très étonnante, on est littéralement bluffés par ce qu’elle produit ici.

Mentions spéciales pour Champagne Pool (l’image la plus connue) et Devil’s Bath, dont on a du mal à croire que la couleur n’a rien d’artificiel.

La région est aussi réputée pour permettre de mieux connaître la culture et les traditions maori. Plusieurs villages maori se visitent, on peut y passer la soirée pour manger et assister à un spectacle de danse et chant.

Ces activités sont très chères. Nous avons seulement eu un petit aperçu (gratuit) au village de Ohinemutu.

Autour de Rotorua se trouvent également plusieurs lacs aux noms explicites : Blue Lake, Green Lake et Crater Lake. Le bleu et le vert des deux premiers ne se sont pas révélés quand nous y sommes allés (la faute aux nuages ?).

Crater Lake a rattrapé le coup. Une randonnée d’un gros quart d’heure part du parking de la Rainbow Mountain Scenic Reserve jusqu’à un point de vue en hauteur sur le lac. Un chemin « non officiel » et très escarpé existe sur la gauche du promontoire. La couleur est plus jolie d’en haut !

Enfin, pour compléter la visite de la région, il faut passer par la Redwood Forest. Ce parc forestier (gratuit) a en fait été créé par l’homme en 1899 pour tester les possibilités de produire du bois d’œuvre. La forêt comporte, entre autres, de très beaux sequoias au bois tirant vers le rouge (la couleur ressortirait apparemment davantage au lever et au coucher du soleil). Plusieurs chemins plus ou moins longs la sillonnent et sont parfaits pour la marche ou le vélo. Celui d’une heure que nous avons emprunté était très agréable.

Nous avions réservé sur bookme.co.nz (18.50$ au lieu de 25$) la Redwoods Treewalk, une série de passerelles suspendues entre les sequoias. Ce n’est pas indispensable pour profiter de la forêt, mais on a vraiment apprécié l’activité et encore plus car on était les premiers de la journée sur le pont (un jeu de mot se cache dans cette phrase 🙂 ). On a ainsi été immergés dans l’atmosphère tranquille et calme du parcours.

On part de Rotorua avec de belles couleurs dans les yeux et une douce odeur (ou pas) dans le nez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *