Nouvelle-Zélande : du soleil et de la neige sur les 19.4 km du Tongariro Alpine Crossing

Le Tongariro Alpine Crossing mérite bien un article à lui tout seul. Cette randonnée est considérée comme l’un des plus beaux treks d’une journée. Pour nous, il est définitivement la plus belle randonnée de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande et entre dans notre top 5 en matière d’hiking (et on a marché sur tous les continents…).

Retour sur cette journée !

La météo annoncée n’était pas très optimiste : des vents soufflant jusqu’à 75km/h, des températures entre -4 et -10° C… mais normalement un ciel dégagé, contrairement aux jours précédant et suivant (ce qui nous avait convaincus de nous lancer). On était donc équipés en conséquence : plusieurs couches, des gants, un bonnet, des chaussettes de ski. On était prêts à affronter les éléments !

Le réveil a sonné à 4h30. Nous voulions absolument avoir une place sur le parking (très limité) de Ketetahi à l’arrivée. La veille, nous avions réservé une des seules navettes qui fonctionnaient à cause des mauvaises prévisions météo (30$ par personne, des réductions sont disponibles sur bookme.co.nz). Elle nous récupérait à 7h sur ce parking et nous déposait au début de la randonnée à Mangatepopo. Et c’était parti pour les 19.4 kilomètres au cœur d’une atmosphère volcanique pour retrouver Auguste !

La première partie de la randonnée nous a donnés confiance. Pendant une heure, le sentier est plat. Le ciel était bleu et le vent presque inexistant. On a parfaitement pu profiter de cette immersion dans le Mordor et de la vue sur le Mount Ngauruhoe.

Les choses sérieuses ont commencé ensuite avec une première montée plutôt abrupte, avec parfois des escaliers mais surtout avec un vent glacial et violent en pleine face. Heureusement, les paysages toujours aussi beaux ont aidé à arriver en haut.

Le chemin se poursuit sur une section plate avec un panorama presque lunaire. De quoi reprendre son souffle.

Cette partie est la pause avant la vraie ascension jusqu’au Red Crater, le point le plus haut (et le plus beau) de la randonnée.

Et là, c’est le drame. On aurait difficilement pu avoir des conditions plus dégueulasses (il n’y a pas d’autres mots) : du vent glacé qui empêche d’avancer, de la neige et surtout, une visibilité 0 à cause d’un brouillard très épais. On était (réellement) en terre de désolation.

On repassera donc pour LA jolie photo depuis le sommet avec un panorama exceptionnel entre les Mounts Ruapehu et Tongariro et la vue sur les Emerald Lakes

Nous avons pris notre revanche quelques mois plus tard, la preuve en image…

Voir cette publication sur Instagram

En décembre, le Tongariro Alpine Crossing ne nous avait pas tout dévoilé… Au sommet, un épais brouillard (accompagné de neige) empêchait de voir le Red Crater et les Emerald Lakes en contrebas. On n'a donc pas hésité à parcourir une nouvelle fois ces 19,4 km dans de meilleures conditions il y a 3 semaines et on n'a clairement pas regretté ! Si on ne devait retenir qu'une chose de l'île du nord, ce serait cette randonnée 🏞️ . . . . . . . . . #pvt #pvtistes #whv #workingholidayvisa #tongariro #tongarirocrossing #hike#emeraldlakes #hiking #redcrater #volcan #volcano #mordor #nzmustdo #destinationnz #voyageursdumonde #travelblogger #blogvoyage #newzealand #newzealandlandscape #travel #voyage #nouvellezelande #gonesaway

Une publication partagée par Gones Away (@gones_away) le

Heureusement, le vent n’a pas que des inconvénients. Il a permis que le ciel se dégage quand nous sommes descendus vers les lacs. Nous avons donc quand même pu voir ces 3 étendues d’eau aux couleurs vraiment magnifiques de plus bas.

On s’est aussi rendus compte que le brouillard ne venait pas que du ciel mais également des fumerolles qui s’échappent du sol (on a aussi senti, comme à Rotorua, la bonne odeur de soufre !).

Le plus dur était derrière nous. Nous avons ensuite profité que le vent souffle un peu moins fort pour pique-niquer au bord du Blue Lake que les rayons du soleil subliment.

Nous avions également une vue sur le Red Crater qui lui, pour le coup, donne l’impression de venir de mars. On voit comme un souvenir d’une ancienne éruption avec la lave noire au sol.

Le reste de la randonnée (un peu plus de 10 kilomètres), est une descente facile et monotone. Elle offre de belles vues notamment sur le Lake Taupo et d’autres manifestations volcaniques. On arrive au parking après avoir parcouru les derniers mètres au cœur d’une forêt.

On l’a fait ! En comptant les pauses photos et déjeuner (environ 1h30), nous avons mis 7h30 pour arriver au bout des presque 20 kilomètres.

Si certain.e.s doutent de leur capacité à y parvenir, n’hésitez pas ! C’est franchement réalisable et les paysages récompensent l’effort fourni. Il faut juste bien vérifier la météo officielle (sur metservice.com) 12 heures à l’avance et s’équiper en conséquence.

Nous « logions » au Crossing Backpackers, très bonne option. L’établissement dispose de quelques places pour les campervans. Pour 16$ par personne, on a accès à toutes les commodités : cuisine, douches chaudes, machine à laver et sèche-linge, billard, table de ping-pong, salle TV avec plein de DVD. Il y a même un passage grâce à l’armoire de Narnia vers une pièce secrète… Et surtout, un jacuzzi, presque indispensable après le Crossing !

Comme tous les autres hébergements, il propose aussi une navette pour déposer au départ et récupérer à la fin de la randonnée (40$ par personne).

– Bonus / Encore plus de randonnées –

On a patienté pendant quelques jours de mauvais temps avant de s’attaquer au Tongariro Alpine Crossing. Voici donc 3 idées de randonnées dans le secteur pour s’entraîner 🙂

  • Depuis Ohakune

Waitonga Falls (4 km A/R – 1h30)

On atteint les Waitonga Falls depuis Ohakune Mountain Rd. Ce sont les plus hautes chutes du Tongariro (39 mètres). Le chemin passe par des étendues très ouvertes avec vue sur le Mount Ruapehu (par beau temps) et des sentiers en forêt. On a apprécié la ballade même si les chutes manquaient clairement de débit !

  • Depuis Turangi

Lake Rotopounamu (boucle de 6 km – 2h)

La randonnée fait tout simplement le tour du lac. On est en grande majorité sur des sentiers en forêt. On arrive parfois sur des plages en bord du lac. C’est vraiment une marche facile. On avait l’impression d’être en automne mais avec un meilleur temps et du soleil, le lac doit vraiment révéler de jolies couleurs.

  • Depuis Whakapapa Village

Taranaki Falls (boucle de 6km – 3h)

A ne pas louper ! La randonnée passe par des forêts, une première petite chute, des espaces ouverts avec de très belles étendues, des vues sur le Mount Ngauruhoe, et surtout les Taranaki Falls vraiment magnifiques. Pour ceux qui en veulent plus, à partir des chutes au lieu de prendre le chemin qui retourne vers le départ, un autre amène aux Tama Lakes (compter 2 à 3 heures de plus).

Alors, tout ça vous a donné envie de sortir les chaussures de rando ? Go !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *