Nouvelle-Zélande : Dunedin pendant un ouragan et rencontre avec les manchots bleus à Oamaru

Se protéger d’un ouragan

 

Nous arrivions tout jute à Dunedin quand la tempête Fehi de force 5 qui a touché la Nouvelle-Zélande a déboulé (passer de 35 à 12 degrés en moins de 12 heures, c’est pas des plus agréables…). Au lieu de continuer notre route comme prévu, on s’est « réfugiés » dans cette ville aux allures écossaises, en attendant que l’orage passe, pendant quelques jours.

Comment on s’occupe à Dunedin quand il pleut ?

D’abord, on va au musée. Presque tous sont gratuits : l’Otago Museum sur le patrimoine naturel et culturel de cette région ou la Dunedin Public Art Gallery remplit de collections d’art en font partie.

Notre petit chouchou : le Toitu Otago Settlers Museum. Très ludique, le musée retrace l’histoire de Dunedin et de la région de l’Otago. Les éléments exposés sont d’aussi bonne qualité qu’au musée Te Papa de Wellington qu’on avait adoré également.

Au Toitu, vous pouvez, par exemple, visiter les reconstitutions (très réalistes) d’un navire qui transportait les premiers émigrés écossais et d’une habitation maori. Une pièce est consacrée aux colons de l’époque victorienne ; tous leurs portraits remplissent les murs et en un clic sur un écran, vous pouvez apprendre tout ce qui vous intéresse sur le personnage en question. Vous pouvez aussi carrément vous habiller comme à l’époque.

On prend un cliché du monument qui serait le plus photographié de Nouvelle-Zélande : la gare ferroviaire.

Pendant une accalmie, on se rend sur la rue la plus raide du monde, c’est le Guinness des Records qui le dit : Baldwin Street avec une inclinaison à 35 % (on n’a même pas tenté de la faire monter à Auguste).

 

Randonnées : Tunnel Beach et la péninsule d’Otago

 

Une fois Fehi passée, nous avons pu découvrir les paysages aux alentours de Dunedin.

Nous nous sommes rendus à Tunnel Beach. Il faut marcher une grosse demi-heure depuis le parking pour admirer les falaises et la mer déchaînée puis arriver sur la plage. Et effectivement, il y a bien un tunnel à Tunnel Beach !

Nous avons ensuite parcouru la péninsule d’Otago. Avec ses moutons et sa verdure, on s’imagine, comme à Dunedin, revenus en Europe en terre écossaise !

Sandfly Bay est une jolie plage où on peut rencontrer (encore une fois) des otaries.

Afin de pleinement profiter du paysage, nous avons randonné dans la Sandymount Recreation Reserve. La meilleure option est de se diriger vers The Chasm et de continuer jusqu’à Lovers Leap puis de revenir sur ses pas. La randonnée est facile et courte et les vues sont agréables.

Un chemin forme une boucle pour revenir vers le parking en passant par un « lookout ». Le point de vue est plus qu’inutile puisqu’on a une vue sur… rien. En passant par-là, on s’oblige également à emprunter une longue montée dans du sable (vous sentez le regret de ne pas avoir fait demi-tour après Lovers Leap ?).

 

Des gros caillous, les Moeraki Boulders

 

Nous avons repris notre route vers l’Est et avons fait un arrêt aux Moeraki Boulders. A marée basse, on peut voir ces gros rochers tout ronds sur le sable. On peut s’imaginer des formes, de la tortue (on est des artistes), à Pacman !

 

Les manchots bleu d’Oamaru

 

Nous avons ensuite atteint Oamaru. La ville en elle-même est très jolie et se distingue vraiment des autres villes de Nouvelle-Zélande.

Mais son véritable attrait est d’être le refuge de trois sortes d’animaux : des otaries, des manchots aux yeux jaunes et des manchots bleus.
Un panneau à l’I-site précise l’heure à laquelle les manchots (des deux sortes) sont observables et où les trouver.

Nous nous sommes focalisés sur les manchots bleus que nous n’avions pas encore eus la chance d’admirer. La colonie se regroupe à la fin de Waterfront Road.

A cet endroit, un organisme a installé tout un dispositif pour observer l’espèce à l’heure appropriée : gradins, grillage…. Le lieu est ouvert toute la journée (on y voit facilement des otaries) mais tout est bouclé quelques heures avant que les manchots bleus ne fassent leur apparition. Pour pouvoir être aux premières loges, il faut débourser 30 $ (45 $ pour les places « premium »), et les photos ne sont pas autorisées.

Evidemment, on a passé notre tour… et on a quand même vu des manchots bleus (gratuitement et en prenant des photos) !

Deux options pour cela :

Quand l’accès aux gradins est fermé, on peut, en escaladant une petite barrière (on devient des délinquants quand il s’agit d’observer des animaux) s’installer sur le MacAndrew Wharf. Toujours très ponctuels, nous avons vu les manchots sortir de l’eau pour se réfugier dans leurs nids à 20h45 précises comme prévu. Nous n’avons pas été délogés de l’endroit, nous étions les seuls sur le quai. A notre départ, d’autres personnes sont arrivées et l’organisme leur a demandés de partir.

Si le MacAndrew Wharf n’est pas accessible, il suffit d’attendre un peu plus tard. Un chemin sous-terrain devant la « gare » est emprunté par une autre partie de la colonie. En patientant sur Waterfront Road, on voit sortir ces petits oiseaux tout mignons. Il faisait nuit quand ils sont arrivés. Par chance, l’entrée du canal sous-terrain est éclairée, on a donc pu les admirer parfaitement.

Il y en a beaucoup et certains traversent même la route goudronnée. Il faut donc faire très attention quand on roule. C’est la première fois que l’on voit un panneau d’avertissement de passage d’animaux et qu’il y en a vraiment devant nos phares !

Autre bon plan pour Oamaru : les véhicules self-contained sont autorisés à passer la nuit sur le parking entre Eden Street et Coquet Street (non indiqué sur Campermate). Les toilettes handicapés restent ouverts toute la nuit.

On s’est endormis non pas en comptant les moutons mais les manchots et on n’a pas mis longtemps à plonger dans nos rêves !

2 Responses

  1. J’ai adoré Dunedin! Quelle ambiance écossaise en effet – même Si je ne connais pas l’Ecosse! – surtout avec le temps qu’il y fait souvent. On avait déniché un petit resto absolument super sympa pas loin de la plage et aperçu quelques otaries par là aussi…

    Merci pour les souvenirs et les belles photos que vous partagez toujours!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *