Nouvelle-Zélande : voir une baleine depuis un avion à Kaikoura et randonner dans le Nelson Lakes National Park

Kaikoura

 

Kaikoura devait être notre dernière étape sur l’île du Sud. Ce lieu est le refuge de nombreux animaux : dauphins, baleines, otaries, albatros… Toutes ces espèces restent toute l’année car les fonds marins de Kaikoura contiennent une abondante quantité de nourriture.

La ville vaut également le détour pour ses paysages. Une randonnée faisant le tour de la péninsule permet de profiter de ces derniers.

Nous en avons parcouru une partie : de South Bay à Point Kean. En moins de 2 heures, une marche facile donne accès à des vues sur l’océan, la côte aux couleurs particulières et sur les monts alentours. On peut également s’approcher tout près d’une colonie d’otaries !

D’un peu loin, on a également vu des dizaines de dauphins s’amuser dans les vagues. On a été impressionnés par la hauteur de leurs sauts !

Nous avons passé la soirée et la nuit sur un camping gratuit non loin de Kaikoura, en bord de plage. On a ainsi pu observer des surfeurs et une otarie jouant avec les surfeurs (ça donne envie de monter sur une planche !).

C’est presque devenu une habitude de contempler le ciel de fin de journée ; « presque » parce qu’on est quand même émerveillés à chaque fois, chaque soir.

A Kaikoura, il y a plein de possibilités d’excursions : nager ou faire du kayak au milieu des otaries, nager avec les dauphins,  prendre un bateau pour voir le plus d’espèces possibles : dauphins, baleines

On a vu des otaries un peu partout et on a nagé avec des dauphins dans les Catlins ; on voulait idéalement voir des baleines. Nous avions déjà fait une croisière pour voir ces gros cétacés à Tadoussac, au Canada ; on a décidé de changer de perspective. On a fait une petite folie et on est montés dans un avion avec l’agence Wings Over Whales.

 

Seuls avec le pilote (très sympa), avant le décollage, ce dernier nous a fait un petit exposé sur les différentes sortes de baleines que l’on peut croiser près de Kaikoura et leurs spécificités. On a ensuite pris notre envol au dessus de l’eau en espérant voir un/des spécimen(s).

Le vol est court (une trentaine de minutes). Nous avons eu la chance d’observer une baleine bleue de petite taille. Depuis les airs, on peut vraiment la voir en entier et c’est impressionnant (surtout quand on voit la taille des bateaux en comparaison à côté !).

Avec cette hauteur, la péninsule est, quant à elle, bien mise en valeur !

 

Nelson Lakes National Park

 

On avait vraiment du mal à se résoudre à réserver un ferry qui nous ramènerait sur l’île du Nord. On a écouté notre cœur et nous avons fait un dernier détour pour se balader dans le Nelson Lakes National Park. On n’a pas regretté !

A un peu moins d’une heure et demi de Bleinheim, Saint-Arnaud, le village d’où débutent les randonnées est vraiment isolé. A part l’i-site, on y trouve quelques logements et une station-service (qui sert aussi d’épicerie et de snack). Dans son guide, Frogs in NZ définit le parc comme un « joyau préservé« . C’est tout à fait ça. Il est très peu fréquenté (il l’est peut-être un peu plus l’hiver). Notre impression de « solitude » était encore plus prégnante quand nous sommes arrivés. La météo était maussade ce qui donnait au lac Rotoiti une ambiance un peu morose mais presque poétique.

Ses habitants découragent un peu de se baigner.

Les anguilles s’attaquaient aux canards, alors on imagine même pas ce qu’elles font aux orteils !

Le lendemain, le soleil était revenu, on a donc pu vraiment découvrir le parc national. Il est centré sur les deux lacs Roititi et Rotoroa. Le deuxième est difficilement accessible avec un véhicule. Il faut emprunter un chemin de plus de 5 heures à pied pour l’apercevoir.

Nous avons choisi d’effectuer le Mount Robert Circuit Track qui surplombe le lac Roititi. Nous sommes montés avec le Pinchgut Track et sommes redescendus par le Paddys Track. La montée est plus courte que la descente, il suffit de partir dans l’autre sens si on préfère la grimpette ! Il est indiqué qu’il faut 5 heures pour boucler cette randonnée, nous n’avons mis que 3 heures.

On ne pensait pas voir des panoramas aussi beaux. Les vues sur le lac sont splendides, mais le sentier passe aussi devant de sublimes massifs montagneux.

On termine notre tour de la Nouvelle-Zélande sur une très belle note. On peut maintenant définir ce qu’on a préféré pendant ces 3 mois qui ont semblés durer le temps d’un battement de cils… A suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *