Cambodge : l’île paradisiaque, Koh Rong Samloem

Nous sommes arrivés à Siem Reap en bus depuis Battambang, nous sommes repartis en avion, direction Sihanoukville. La compagnie Cambodia Angkor Air propose plusieurs vols par jour pour moins de 50 $ et le temps de trajet est d’environ 1 heure, pas de quoi hésiter très longtemps…

Nous n’avons passé qu’un après-midi et une nuit à Sihanoukville avant de prendre le ferry le lendemain pour Koh Rong Samloem et ces quelques heures nous ont suffis ! La ville n’est pas du tout agréable, très industrielle, bruyante, sale… Elle se veut balnéaire, on trouve donc de nombreux restaurants et bars en bord de plage, mais la plupart des établissements sont sans charme et semblent simplement permettre de boire pour pas cher sur de la grosse musique occidentale… Notre hôtel était près d’Otres Beach qui est peut-être le coin le plus « épargné » mais on n’a clairement pas été séduits.

C’est avec l’agence Speed Ferry que nous avons rejoint Koh Rong Samloem (ticket A/R 22 $, un bus vient vous récupérer à votre hôtel pour vous emmener jusqu’à l’embarcadère). Le trajet est annoncé comme étant de 45 minutes. C’est le cas si vous devez débarquer sur le premier stop du bateau, sinon, il faut compter au moins le double (à prévoir surtout pour le retour si on réserve un moyen de transport pour quitter Sihanoukville).

Nous sommes arrivés sur l’île sous la pluie et sommes également repartis sous des trombes d’eau mais, mis à part ces 3 heures mouillées l’enchantement a été total pendant 3 jours et on serait bien restés le double…

 

Un paradis de sable blanc

 

Koh Rong Samloem, c’est le genre d’endroit où on se sent bien, où on peut rester pieds nus pendant tout son séjour.

Seulement du sable, pas de route, pas de voiture, pas de scooter…. Le calme, la quiétude et l’eau (très) chaude et cristaline.

On séjournait au « Sweet Dreams » à Saracen Bay. C’est le côté de l’île où il y a le plus d’hôtels, une vingtaine, tous plus ou moins similaires et bien intégrés dans le décor se succède le long de la plage. Pourtant, nous n’avons jamais eu l’impression qu’il y avait trop de monde ou trop de bruit. L’ambiance est loin de celle d’Ibiza !

On a aussi bien profité des ciels de fin de journée !

On peut choisir de ne rien faire, de seulement alterner entre transat et baignade… Pour nous, difficile de ne pas bouger pendant plus d’une demi-journée; heureusement, on peut facilement s’occuper !

Notre hôtel mettait gratuitement des kayaks à disposition, pagayer sur une eau aussi claire et tranquille est un vrai plaisir !

 

Découvrir les fonds marins

 

L’établissement proposait également une excursion sur un après-midi (on n’allait pas non plus se lever aux aurores !).

Au programme : deux spots de snorkeling, pêche (très) artisanale, buffet à volonté dans un restaurant de l’autre côté de Koh Rong Samloem pour le dîner et plancton phosphorescent. 

Nous étions seulement 7 sur le bateau en plus du « capitaine », un cambodgien très sympathique.

Koh Rong Samloem n’est malheureusement pas le meilleur endroit pour faire du snorkeling (pas mal de corail, quelques poissons et beaucoup de gros oursins), mais on était contents de réutiliser nos masques et tubas !

Le nord de l’île où nous avons dîné était vraiment différent de Saracen Bay. C’est dans cette partie que se trouvent les hostels ou auberges de jeunesse, les prix des logements sont beaucoup moins élevés mais il faut aimé l’ambiance Spring Break !

Nous n’avions jamais vu de plancton phosphorescent et on a adoré ça ! La nuit, dans le noir complet, le bateau s’arrête au milieu de l’eau. Au contact de quelque chose plongé dans la mer, des centaines de petits lumières s’illuminent, c’est presque magique… et impossible à prendre en photo. J’ai sauté à l’eau et je me suis transformée en fée 🙂

 

Lazy Beach

 

Le lendemain, nous avons rejoint Lazy Beach. Depuis Saracen Bay, il faut prendre le sentier juste après l’Octopussy bar. Le chemin dans le sable de 30 minutes pour atteindre l’autre côté de l’île est facile et agréable. On traverse la jungle à l’ombre de la végétation et on croise ses habitants (toujours aussi agressifs).

On arrive alors sur une plage encore plus isolée et calme. Les côtés  (on a exploré la partie à gauche du ponton) sont des bons endroits pour faire du snorkeling gratuitement !

Avec tout ça, difficile d’avoir envie de quitter ce paradis. Il a quand même fallu monter dans la barque de l’hôtel qui nous ramenait au « ferry pier », avec l’impression que nous avions fait le trajet inverse 3 minutes plus tôt. Nous partions vers notre dernière étape du voyage, à suivre !

1 Response

  1. J’ai commencé à ressencer les petits paradis sur terre au Brésil (Ilha grande, face à Rio), au Panama (Archipel de San Blas) et au Mexique (l’île De Holbox où nous habitons desormais).
    Je suis ravie de découvrir avec vous un autre petit coin du Cambodge qui m’a échappé et de pouvoir un jour l’ajouter à cette courte liste 😉
    Ce bleu intense est juste hallucinant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *