Nouvelle-Zélande : conseils, trucs et astuces pour dépenser moins d’argent

Même s’il ne fait pas le bonheur, l’argent reste le nerf de la guerre. Après un an à vivre en Nouvelle-Zélande, voici ce qu’on a pu retenir pour dépenser moins et profiter plus.

Nos astuces s’appliquent que l’on soit en voyage sur le territoire du Seigneur des Anneaux ou que l’on se prenne pour un kiwi pendant plusieurs mois !

 

Courses

 

Quand on débarque dans un nouveau pays, on ne sait pas trop où pousser son chariot. Point de Carrefour ou Auchan en Nouvelle-Zélande.

Le paradis du caddie rempli à petit prix, c’est PAKn’SAVE.

On repère l’enseigne jaune et noire à peu près partout dans le pays, c’est le choix numéro 1. On y trouve des produits « de marque » à un prix moins élevé qu’ailleurs et des marques dites « low cost » comme Pams qui proposent des produits de bonne qualité pour le prix affiché.

Quand il n’y a pas de PAKn’SAVE à l’horizon, on peut se tourner vers deux autres grandes chaines : Countdown et (un peu plus chère) New World.

Ces deux magasins proposent des cartes de fidélité gratuites qui permettent de cumuler des points et d’avoir des réductions immédiates sur certains produits dans les rayons (il suffit d’ouvrir l’œil et de les repérer).

La carte pour Countdown s’appelle la One Card, elle permet également de payer moins cher son essence dans les stations BP et Caltex. Vous devez fournir une adresse postale (même temporaire) pour l’activer.

Une version « touriste » de la carte de fidélité de New World existe, il suffit de la demander en caisse, il s’agit d’un simple morceau de papier et aucune coordonnée ne vous est demandée.

Dans les endroits plus reculés ou les toutes petits villes, on ne trouve généralement que des enseignes plus chères telles que Four Square ou Fresh Choice. Pratiques pour les achats d’appoint, mais qui font mal au portefeuille pour des grosses courses.

Sur les routes, vous tomberez aussi souvent sur des petites échoppes qui vendent des fruits et légumes. Moins chers qu’en magasin et directement du producteur au consommateur, on achète !

Pour trouver tout et n’importe quoi d’autre (vêtements, chaussures, matériel de camping, vaisselle…) à prix mini, direction The Warehouse.

 

Activités

 

Les activités en Nouvelle-Zélande représentent un budget conséquent mais sont tellement tentantes !

Pour réduire les frais, il suffit de réserver ce que l’on veut faire (croisière, entrées de site, saut en parachute…) sur Bookme ou GrabOne. Le mieux est de repérer sur le calendrier les moments où les prix sont carrément cassés (parfois jusqu’à -70%).

Backpakersdeals fonctionne sur le même principe mais avec des réductions moindres, à checker quand on n’a pas trouvé ce que l’on cherche sur les deux premiers sites. On a par exemple obtenu une réduction de 11% sur l’entrée de Wai-O-Tapu Wonderland à Rotorua, c’est toujours ça de pris !

Il ne faut pas négliger non plus les offres que l’on peut trouver parfois directement sur place, souvent dans les I-sites (centres d’informations présents partout en Nouvelle-Zélande). Pour compléter les tours, des réductions de dernière minute peuvent être disponibles, ça peut correspondre à vos plans et envies !

Enfin, en fouinant un peu sur les blogs ou forums, on trouve des bons plans pour des activités gratuites. Beaucoup de musées sont à entrée libre à Wellington, Christchurch ou Dunedin ; la visite du Parlement à Wellington est sans frais également.

Côté nature, on a eu la chance de nager avec des dauphins gratuitement à Curio Bay et d’observer les manchots bleus (sans passer par l’organisme qui monopolise l’espèce) à Oamaru.

 

Roadtrip & Vanlife

 

  • Transport et Véhicule

La Nouvelle-Zélande, c’est LE pays à parcourir avec son véhicule et où tout est prévu pour faciliter la vie en van ou voiture aménagée. La liberté.

Quand on reste une longue période, au lieu de louer, il est préférable d’acheter ce qui vous mènera où bon vous semble. Le marché est très vaste, mais se déploit majoritairement dans les 3 grandes villes : Auckland, Wellington et Christchurch. On trouve des annonces facilement sur Facebook, sur les groupes dédiés. Nous avions également cherché sur Tricolcar et Trademe (Leboncoin kiwi).

On recommande vraiment d’acheter son véhicule à Christchurch où il y a de quoi comparer sans que ce soit la guerre et de le revendre à Auckland où les gens se battent à leur arrivée pour trouver leur bonheur (surtout au printemps/été). De plus, les vans ou voitures sont vendus plus chers à Auckland, de quoi faire un bénéfice plus important à la revente.

On conseille aussi, si possible, avant de se lancer dans un achat, de procéder à un contrôle par un garagiste. Cela peut représenter un coût sur le moment mais qui pourra être rentable s’il vous évite d’acquérir un véhicule qui nécessitera des frais de dépannage et de réparation par la suite.

Supercheap Auto est le magasin où s’approvisionner pour tout ce qui concerne cet aspect du voyage sans se ruiner.

Les vols internes entre grandes villes sont vraiment abordables en Nouvelle-Zélande, avec les compagnies Air New Zealand et Jetstar.

Si vous préférez rouler sur les routes splendides pour vous rendre entre deux grandes villes en quelques jours, privilégiez le site Transfercar. Le principe est de déplacer les véhicules de location dont les agences ont besoin. Vous pouvez donc avoir accès à de super voitures ou même camping car gratuitement ou presque (parfois, même l’essence est prise en charge) pour un trajet de quelques jours entre deux emplacements.

  • Essence

Le carburant est sans aucun doute ce qui coûte le plus cher pendant un roadtrip. Nous n’avons pas de solution miracle pour remplir votre réservoir pour rien (si vous avez, on prend !). On peut toutefois faire baisser la facture en utilisant certains outils.

Tout d’abord, l’application Gaspy, qui nécessite une connexion, répertorie en temps réel les tarifs du carburant dans les stations proches de vous, de quoi comparer facilement et opter pour la plus abordable !

Ensuite, les cartes de fidélités (One Card pour BP et Caltex, la Mobil Card pour les stations Mobil) permettent d’économiser au minimum 6c/litre à chaque fois que vous la présentez. Certains jours, la réduction peut aller jusqu’à 10c/litre. Vous cumulez également des points qui, au bout d’un certain nombre de litres versés, donne droit à un discount de 5$.

Enfin, vos courses dans certains supermarchés déclenchent des réductions sur l’essence (regardez bien vos tickets de caisses chez PAKn’SAVE par exemple !).

  • Camp

L’application indispensable quand on est et vit sur la route est CamperMate. Elle vous permet de trouver facilement tout ce dont vous avez besoin (station essence, dump station, lavomatic…) mais surtout les camps où vous pouvez rester pour la nuit, selon si vous êtes self-contained ou non et en précisant si le campsite est gratuit ou pas. On conseille de toujours jeter un coup d’œil à la partie « commentaires », on peut ainsi savoir si l’endroit est complet tôt dans la journée ou s’il est envahi de sandflies par exemple. CamperMate dispose aussi parfois de « deals« , des campings payants à tarif réduit si vous montrez votre téléphone.

Grâce à cette application, pendant nos 3 mois de roadtrip à travers les deux îles, on a dormi à 80% du temps sur des sites gratuits (en étant self-contained).

En complément de CamperMate, il est toujours intéressant de demander dans les I-sites si les environs comportent des emplacements gratuits ou si le « camping sauvage » est autorisé pour passer la nuit; c’est le cas dans certaines villes ou zones.

 

Logement

 

On a adoré la vanlife… l’été. Dès que les températures ont dégringolé, on a vite cherché à se mettre au chaud dans une vraie maison.

Pour cela, plusieurs options économiques permettent également de faite de belles rencontres et de vivre comme un kiwi.

Pour une courte durée et plus souvent dans les grandes villes, c’est sur le site Couchsurfing qu’il faut regarder. Le principe est tout simple : des gens proposent de vous héberger pendant quelques jours juste pour le plaisir de rencontrer des voyageurs. Bonne ambiance (normalement) garantie.

Pour une plus longue période, le mieux est d’utiliser les sites de Wwoofing, HelpX ou WorkAway qui fonctionnent tous de la même manière. En échange de quelques heures de travail par jour (le plus souvent 4) non rémunérées, l’hôte fournit le logement et la nourriture gratuitement. Les missions peuvent consister à nourrir des animaux, s’occuper du jardin, faire la cuisine ou le ménage… Vous pouvez passer votre temps libre à explorer les environs ou vous reposer.

Les frais d’inscription sur ces sites sont d’une vingtaine d’euros, vite rentabilisés quand on se sert de leurs services.

Nous avons fait du HelpX pendant plusieurs mois et nous nous sommes sentis comme en famille. Nous avons la chance d’être tombés sur des personnes formidables. Nous nous sommes occupés de jardins, de vaches et de moutons, avons aidé pour un déménagement, fait la cuisine, du ménage, des lessives, du baby-sitting et du dog-sitting aussi… On a même produit une vidéo de présentation et des photos pour un business.

Pendant quelques mois, nous avons fait « coup double » : on a travaillé dans une entreprise et fait du HelpX en même temps; des journées bien remplies mais rien de mieux pour gagner de l’argent et ne pas en dépenser.

 

Banque & transfert d’argent

 

Tous les voyageurs savent que changer de devise et transférer de l’argent est souvent un casse-tête pour éviter les frais associés à ces opérations.

La première solution est de vérifier si votre banque française n’a pas de partenariat avec une banque néo-zélandaise. En France, nous avons un compte à la BNP qui est lié à la Westpac en Nouvelle-Zélande. Nous pouvons retirer sans frais ni commission avec notre carte française dans toutes les Westpac et le taux de change est vraiment correct.

La deuxième option est de procéder à un virement bancaire d’un compte français à un compte kiwi dès que vous en ouvrez un. Au lieu de passer par une banque normale, utiliser un site de transferts d’argent internationaux tel que Transferwise permet de réduire considérablement les frais de virement avec en bonus, un service clientèle vraiment efficace et rapide.

Enfin, pour les grands voyageurs, la meilleure option reste l’acquisition d’une carte de la banque N26.

 

WiFi & téléphone

 

Malgré une envie de déconnexion et de nature, difficile de se passer de réseau !

Pour le téléphone, plusieurs opérateurs existent en Nouvelle-Zélande proposant sensiblement la même chose (carte SIM rechargeable ou forfait) : Spark, Vodafone, 2°… A vous de comparer ce qui correspond le plus à vos besoins de communication en fonction des offres disponibles sur le moment.

Nous avons fait le choix de ne pas prendre de forfait pendant notre année ici. Nous avons simplement acheté une carte SIM à notre arrivée (5$, on peut même en trouver des gratuites) pour avoir un numéro sur lequel nous joindre. On achetait des recharges quand on avait besoin de téléphoner (c’est arrivé très rarement).

N’ayant pratiquement jamais de recharge téléphone, nous n’avions pas non plus de datas sur nos appareils. La chasse au free Wifi, ça nous connaît ! On en trouve facilement à peu près partout (et grâce à CamperMate) : beaucoup de villes en sont dotées dans leur rue principale, toutes les nombreuses bibliothèques vous offrent un accès gratuit (qui fonctionne même parfois en dehors des horaires d’ouverture), Mac Donald’s, Burger King, BNZ….

On capte un réseau même sur certains camps gratuits : séries à volonté dans le van, on savoure.

On espère que tous ces conseils (dont certains peuvent s’appliquer au monde entier) pourront vous aider. Si vous en avez d’autres, on est preneurs !

8 Responses

  1. Un grand merci pour cet article qui me sera bien utile dans quelques semaines 😁

  2. Superbe article, la NZ n est pas dans nos projets immédiat mais cela nous servira bien en temps voulu.

  3. Pour le forfait de téléphone le mieux est de souscrire à l’offre free à 20€ (parfois dispo en promo sur le site vente privée, nous l’avons eu à 5€ pendant un an) qui permet d’avoir accès à 25go d’internet par mois.
    Concernant les courses, nous ne sommes pas vraiment d’accord avec l’opinion générale des backpackers à propos de Pack’n Save. Certes cela peut-être utile pour certains produits ciblés, surtout des produits secs (thon, pâtes, chocolat…) où le prix est réduit mais pour le reste… la viande est vendue en grosse quantité pas idéale pour 2 et les produits frais ne sont pas moins chers. On a une nette préférence pour Countdown qui propose des produits de meilleure qualité et énormément de « Reduced » : produits en date courte ayant 30 à 50% de réduction, même dans les fruits et légumes ou les produits d’hygiène (crème solaire à 1/2 prix par exemple). Du coup en faisant des petites courses souvent et en traquant les Reduced ça permet de manger super varié.
    Les applis Wikikamps et Rankers peuvent être complémentaires à Campermate pour trouver des freecamps supplémentaires!
    Pour la banque nous sommes contents d’avoir choisi l’ANZ car ils sont très réactifs et actuellement en vacances dans les îles du Pacifique Tonga et Samoa on peut retirer aux distributeurs ANZ présents ici à un bon taux et sans frais de retrait.

  4. Sylvain dit :

    Super article avec plein d’astuces, ça rappelle des souvenirs (les clochards de wifi) ! 🙂
    Pour tout ce qui est fournitures, type tupperwares, couverts et même habits de travail, je jetais souvent un oeil aux second hand shops (ex: Salvation Army), ils ont parfois des trésors pour juste quelques dollars !

    • Nico & Perrine dit :

      Merci ! Oui, c’est vrai que je n’y ait pas pensé et que c’est une bonne option.
      J’aurais pu aussi ajouter : partager la bouffe avec ses collègues 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *