Vanuatu : tous les trésors de l’île de Santo

La troisième île et celle où nous avons passé le plus de temps est Espiritu Santo, ou plus communément appelée Santo. Comme partout au Vanuatu, la majorité du territoire est très sauvage et difficile d’accès. Une seule vraie route traverse Santo et longe sa côte est, de Luganville à Port Olry.

C’est probablement à Santo que la plongée doit être la plus intéressante, les fonds marins regorgent de poissons mais également de vestiges de la Seconde Guerre Mondiale (épaves, matériel militaire…).

Nous avons passé nos premières nuits à Luganville. La ville n’a rien de charmant mais représente le seul endroit développé de l’île avec des magasins, un marché, des hôtels, des possibilités d’excursions sur terre ou dans la mer. C’est un peu la « Port Vila de Santo ».

 

Du canyoning à Millenium Cave

 

Nous avons réservé l’excursion d’une journée à Millenium Cave via notre hébergement. Nous pensions que ce serait une promenade de santé… On s’était trompés !

Après une heure de transport depuis Luganville en mini-bus accompagnés des 6 personnes de notre groupe, nous sommes arrivés dans une minuscule village typique du Vanuatu (maisonnettes en bois et paille) où un guide nous a pris en charge.

Une randonnée d’une heure à travers la jungle nous a permis d’accéder à un autre petit village où nous avons été équipés (gilets de sauvetage, lampes torches et sacs étanches).

La vraie partie du tour a alors débuté : des passages dans la végétation, sur des échelles, des ponts, dans une rivière, dans une grotte, sur des rochers… Tout cela pendant plus de 5 heures. On ne s’attendait pas à ce que soit aussi sportif !

Nous avons également eu le droit à de la peinture sur le visage appliquée par notre guide pour représenter les éléments de la nature environnante.

Nous avons beaucoup apprécié cette journée. Il faut tout de même savoir qu’une bonne forme physique est nécessaire. On alterne de la marche dans des conditions difficiles et des immersions dans l’eau souvent et cela pendant une longue période. Privilégiez une GoPro pour capturer les images ! On ne croise aucun autre groupe pendant la visite du lieu.

A la fin de la journée, de retour dans le village, des fruits et du café/thé sont mis à disposition gratuitement. Le lunch n’est pas inclus, il faut penser à apporter de quoi manger. La pause de midi se fait sur une petite plage.

Le prix de l’excursion est de 7500 vatus par personne, ce qui est relativement élévé. L’organisme met en avant l’insertion et l’aide à la communauté sur place grâce à ces tarifs. Nous avons échangé avec notre guide qui nous a effectivement confirmés qu’il avait du travail du fait de la présence du Millenium Cave Tour dans son village.  Nous avons toutefois partagé notre déjeuner avec lui car il n’en avait pas, de quoi douter de la répartition des gains équitable…

 

Du bleu à Riri et Nanda

 

Sur la route entre Luganville et Port Olry, nous avons visité deux Blue Holes. On avait déjà vu ce phénomène sur l’île d’Efate, au Blue Lagoon, mais là, c’était encore un niveau au dessus.

Nous avons commencé par Riri. Premiers de la journée sur les lieux, on était tous seuls face à ce bassin d’eau à la couleur hallucinante. Le coût de l’entrée est de 500 vatus.

Non loin de Riri se trouve Matevulu, dont on avait entendu parler. Le droit d’accès est encore une fois de 500 vatus, on s’est arrêtés au début du site avant de payer et on l’a donc vu « de loin », l’eau n’avait rien d’exceptionnelle.

La palme du meilleur Blue Hole revient sans conteste à Nanda. Ce bleu… impossible à décrire, à la fois si profond et si limpide. Ca nous a scotchés, vraiment ! On a passé plusieurs heures à observer, se baigner, sauter au milieu des poissons, encore une fois, absolument seuls.

Sur place se trouve un tout petit restaurant où manger des plats typiques du Vanuatu ou boire un coup. On a fait le plein de gâteaux au beurre de cacahuète.

Pour Nanda, il faut débourser 2000 vatus. Le prix est plus élevé qu’aux autres Blue Holes mais si vous ne devez en faire qu’un c’est celui là sans hésiter et sans regretter d’avoir sorti les billets !

 

Une île deserte à Port Olry

 

Nous avons ensuite atteint Port Olry. L’endroit se divise en deux parties. A la fin de la route, le village très pauvre où sont regroupées les maisons, et quelques établissements (école, terrain de foot…) mais où il n’y a aucune commodité (même pas une superette ou un petit restaurant), rien pour loger en tant que touriste. Le long de la plage, 4 établissements proposent des logements et disposent de restaurants. Ce sont les seuls endroits où on peut trouver de la nourriture à acheter, le prix de tous les plats est très élevé.

Nous avons passé 4 nuits sur cette plage, dans une cabane accrochée dans un arbre; le seul mobilier à l’intérieur : un matelas à même le sol et une moustiquaire. On s’est encore douchés dehors et à l’eau froide, on aime ça !

Nous avons une nouvelle fois été touchés par la générosité des habitants. Nous avons été invités à partager le repas d’un groupe de familles dans le village. Ce moment d’échange a été l’occasion d’être témoins une fois de plus de la différence entre les personnes vivant dans les villages dans des conditions très précaires et ce qui est proposé/montré aux touristes. On s’est fait tout petits et on a savouré le laplap offert avec de grands sourires et en Français, la langue utilisée à Port Olry.

La plage de Port Olry est probablement la plus belle que nous ayons vu pendant notre voyage dans les îles du Pacifique (Fidji inclus !) ; la vrai plage paradisiaque. A une dizaine de kilomètres se trouvent les (payantes) Champagne Beach et Lonnoc Beach. On aurait pu s’y rendre mais on n’avait aucune envie de quitter notre sable fin !

C’est surtout une minuscule île en face qui nous faisait de l’œil. On l’a rejoint grâce à un canoë loué sur la plage. Pour le coup, on s’est vraiment retrouvés sur une île déserte. L’impression d’être au bout du monde n’a jamais été aussi présente que sur ce petit bout de terre envahi par la végétation. La plage de quelques mètres nous a suffit pour accoster et profiter du moment comme il se doit.

Le Vanuatu nous a plus que séduits. Encore très préservé du tourisme de masse, il offre une diversité géographique impressionnante, une population accueillante et adorable, une culture captivante. Nous n’avons visité que 3 îles de cet archipel qui en compte beaucoup plus; ces 2 semaines nous ont donnés envie d’en découvrir encore plus !

4 Responses

  1. Backpack and Jetlag dit :

    Super, merci pour tous ses détails. On a hâte d’y allé pour voir ça de nos propres yeux. Superbes photos !

  2. Travelando dit :

    Que dire…si ce n’est « Waooooouuh! ». Après Instagram les photos ici sont aussi voire plus belles encore. Ces paysages sont vraiment incroyables. ON regrette un peu de ne pas avoir été là bas quand on était en NZ nous aussi. Un petit regret… après on a décollé un an pour l’Amérique du sud donc il ne faut pas se plaindre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *