Namibie : rencontre avec les animaux de la savane à Etosha

A notre arrivée en Namibie, à Windhoek, nous avons tout de suite récupéré le 4×4 Toyota Hilux qui allait nous servir de maison pendant nos deux semaines de roadtrip sur les pistes. Une tente sur le toit, un frigo et tout l’équipement de camping dans le coffre, on était prêts !

La plupart des voyageurs font le tour de la Namibie soit en partant au sud de la capitale pour finir par Etosha soit en commençant par ce parc naturel. Nous avons fait le choix de débuter notre découverte par le safari, raison principale pour laquelle nous avions opté pour un voyage en Afrique.

C’est après une nuit à l’Hotel Pension Moni (il est impossible de dormir dans son 4×4 dans la ville) et 5 heures de route que nous avons atteint, en milieu d’après-midi, les frontières du parc national d’Etosha.

Il y a trois camps à l’intérieur de la réserve, tous des « Namibia Wildlife Resort« , autrement dit, gérés par l’état : Namutoni, Halali et Okaukuejo.

Nous avons passé une nuit sur le premier (à l’est du parc) et le dernier (à l’ouest) et avons passé quelques heures sur celui au centre (on a squatté la piscine au moment le plus chaud de la journée).

Les 3 camps sont similaires, des emplacements de campings mais aussi des lodges, et des infrastructures (piscine, restaurant…) accessibles à tout le monde.

Surtout, le gros point fort de ces campings internes est le fait qu’ils disposent de points d’eau observables depuis une plateforme sécurisée et éclairée la nuit ; on peut donc voir des animaux même après le coucher du soleil, quand l’accès à la réserve est interdit.

A notre arrivée, nous nous sommes acquittés des droits d’entrée et des frais de logement. Au total, une trentaine d’euros par personne pour 3 jours, autant dire rien du tout pour avoir l’occasion d’effectuer un safari, seuls dans notre véhicule, un rêve accessible.

 

Premières rencontres

 

Disposant de quelques heures avant le coucher du soleil, et armés de la carte du parc indiquant les points d’eau où les animaux sont les plus faciles à observer, nous avons tout de suite commencé notre exploration.

L’émerveillement a été immédiat. Des groupes de zèbres, de springbocks et autres gazelles ont été les premiers à nous faire écarquiller les yeux.

On a aussi eu la chance de voir quelques minutes plus tard, une girafe en train de s’abreuver.

Enfin, juste avant de rentrer sur le camp pour la nuit, nous avons fait un dernier détour vers un point d’eau. Au même moment, un groupe d’éléphants a fait son apparition pour boire et prendre son bain. Un moment suspendu, où la larme à l’œil, tellement émus d’être témoins de ce spectacle, nous étions tiraillés entre l’envie de continuer à les observer et l’impératif de rejoindre Namutoni avant que les grilles ne ferment.

 

La hiérarchie dans la savane

Les deux jours suivants ont été à l’image de cette introduction plus que prometteuse. Nous avons croisé la route de tous les animaux du Roi Lion et surtout, nous avons pu nous rendre compte de la hiérarchie qui existe entre les animaux. Les voir évoluer, vivre dans leur milieu naturel, interagir entre eux a été une expérience totalement intéressante, enrichissante, émouvante.

Le vrai patron, c’est l’éléphant, la girafe est toujours un peu en retrait, les zèbres entre copains, les hyènes ricanent par deux, le lion n’est pas très actif en journée et le chacal est celui qui s’incruste qu’il y ait n’importe qui à l’endroit où il veut aller.

C’est une émotion et une excitation folle à chaque animal observé, à chaque fois que l’on a l’opportunité de plonger dans le regard de l’un d’entre eux.

Il est totalement interdit (et dangereux) de sortir de sa voiture pendant le safari, sauf à quelques endroits bien déterminés. Il est autorisé de sortir de son véhicule aux endroits où il est possible de voir des animaux arriver de (très) loin pour pouvoir se mettre à l’abri au cas où.

L’un de ses endroits correspond à l’emplacement d’un lac désormais asséché, une étendue blanche à perte de vue.

 

Observation dans l’obscurité

 

Que ce soit à Namutoni ou Okaukuejo, les soirées ont également été remplies de surprises. Du beau monde était présent aux points d’eau, une famille de rhinocéros, d’éléphants, des girafes… Bien que l’on se lève très (très) tôt pour partir sur les pistes d’Etosha, nous n’arrivions pas à partir nous coucher, le spectacle était trop beau.

Ces 3 jours au sein de la réserve d’Etosha reste indéniablement notre plus belle expérience de voyage. Voir autant d’animaux sauvages dans leur milieu naturel était un rêve et la réalité a dépassé tout ce que nous imaginions et espérions. Il nous est impossible désormais d’observer des animaux en cage, dans les zoos, en captivité.

Pourtant, la Namibie regorge d’autres merveilles, des paysages grandioses, c’est ce que nous allions découvrir.

6 Responses

  1. Drey dit :

    Vos photos des animaux sont sublimes. Cette expérience doit être extraordinaire à vivre. C’est avec plaisir que je lirais la suite de votre aventure en Namibie, ça m’intrigue beaucoup.

  2. Wahouuuuu impressionnant!!! le rêve ultime! Quelles photos magnifiques! Racontez-nous encore!

  3. J’adore votre paragraphe sur la hiérarchie dans la savane et reste fan du chacal qui se fout de tout ça quant à lui ! J’aurais également eu du mal à aller me coucher avec pareil spectacle à votre place!
    La photo de la girafe qui s’abreuve est assez magique vu comment elle galère ! C’est pratique de faire 4 m pour bouffer de l’acacia mais plus compliqué pour laper un peu de flotte on dirait 😀 !
    Je suis un gros fan des animaux et un grand prédateur de tous les docu animaliers, autant vous dire que vous m’avez donné une sacrée envie d’y aller !!! (et je pèse mes mots! 😀 )

    • Nico & Perrine dit :

      Si tu en as l’occasion, fonce ! La Namibie est un de nos plus beaux voyages et Etosha y est pour beaucoup. Voir les animaux dans leur milieu naturel, vivre, évoluer… C’est vraiment magique. Ils sont chez eux et on reste tout petit face à ça. Impossible après cette expérience d’entrer dans un zoo…

Répondre à Nico & Perrine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *