Namibie : Cape Cross, Walvis Bay et dunes de sable

Direction la côté Atlantique, une étape que nous avons adoré. Des températures qui chutent, un ciel plus gris que bleu, des odeurs nauséabondes et une ville comme point de chute mais surtout des otaries par milliers, une croisière et l’initiation à une activité bien fun.

 

La colonie d’otaries à fourrure de Cape Cross

 

Après une longue route toute droite longeant la Skeleton Coast (du fait des bateaux échoués à plusieurs endroits) encadrée de marais salants – on peut se procurer de jolies sculptures naturelles de sel rose – on parvient sur le site de Cape Cross.

Le droit de passage est d’une dizaine d’euros pour deux personnes et un véhicule et donne accès à l’endroit où vivent des otaries à fourrure, une espèce bruyante… et puante ! La colonie est composée de plus de 100 000 individus, il y en a donc à perte de vue, sur le sol et dans l’eau. Des groupes entiers (parfois des cadavres) qui s’entassent, s’invectivent et surtout macèrent dans leurs propres déjections. C’est un vrai spectacle de les voir évoluer ou tout simplement pioncer. L’odeur est toutefois presque insupportable, elle prend la gorge, reste plusieurs jours sur les vêtements… Un camping est installé non loin du site, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse apprécier sa soirée et sa nuit dans cette puanteur !

Cape Cross est, selon nous, un vrai incontournable en Namibie. Il est rare de voir des otaries en si grand nombre. Malgré son manque de dynamisme et d’hygiène, on trouve que cette espèce a vraiment quelque chose d’attachant.

 

Une croisière avec huîtres, champagne…. et pélicans

 

Pour notre étape sur la côté Atlantique pour 3 jours, notre point de chute était Swakopmund, une petite ville agréable, aux allures marines et surtout où les logements sont moins chers qu’à Walvis Bay, sa petite sœur à proximité mais plus guindée.

Nous avons passé deux nuits à l’hôtel pension Rapmund situé au cœur de la ville. C’est via cet hébergement que nous avons réservé une croisière dans la baie de Walvis Bay peuplée de milliers de flamands roses.

Nous avons pris la mer avec la compagnie Mola Mola. La croisière dure toute la matinée et coûte une cinquantaine d’euros par personne. Pendant ces quelques heures, vous aurez certainement la chance de voir des dauphins, des otaries, des pélicans. Ces deux derniers montent carrément sur le bateau (de leur plein gré), on peut donc les observer de très près.

La baie de Walvis Bay est également réputée pour ses huîtres, vous pourrez en déguster pendant le tour, accompagnées d’une coupe de champagne. Le capitaine a précisé que si on n’aimait pas les huîtres goûtées à bord, on aimerait jamais les huîtres. Je suis fixée, je n’aimerai jamais ce fruit de mer ! Heureusement, des petits sandwichs sont également servis.

 

Du sandboarding dans le Désert du Namib

 

De retour sur la terre ferme pour l’après-midi, nous avons enchainé avec une activité encore inconnue pour nous : le sandboarding sur les dunes du Désert du Namib. Vous n’aurez aucun mal à trouver des agences qui proposent cette initiation. Nous avons simplement contacté un « moniteur » sur un flyer trouvé à l’hôtel, il a été notre guide privé pendant les 2 heures de ride, pour une trentaine d’euros.

Comme souvent dans ce genre de sport, le plus difficile, c’est la montée ! Ensuite on multiplie les tentatives de descentes et on profite du spectacle qu’offre le sable à perte de vue d’un côté et l’océan de l’autre.L’activité est plus facile quand on sait faire du snowboard sur de la neige mais reste tout de même très accessible et sans vrai risque; la vitesse est très réduite et le sable accueille parfaitement les chutes.

Sinon, pour les nuls (par exemple moi) et pour se faire plaisir, une planche où l’on peut s’allonger sur le ventre est disponible. Avec ça, il suffit d’une pente bien droite et de se laisser glisser ! Le kiff !

Dans les dunes, il est aussi possible de faire du 4*4. Vous aurez forcément un chauffeur et ça s’apparente à des montagnes russes quand on voit à quel point les voitures descendent les dunes à pic. Le prix est beaucoup plus élevé que pour le sandoarding évidemment.

Encore une fois, la Namibie nous a surpris par sa diversité, ses paysages toujours plus variés. Notre route continue vers le sud avec toujours plus de sable et désert ! Go !

4 Responses

  1. j’aime bien le contraste entre toute cette description dégueu de la colonie d’otaries puantes pour finir par dire que ces animaux sont attachants 😀
    Une question me vient : y a-t-il des requins dans le coin ? parce qu’avec autant d’otarie il y a de quoi se faire un festin pour eux !
    Ca a l’air d’être un chouette pays en tout cas. Même avec le ciel gris 😉

  2. Énorme cette colonie d’otaries! Je ne connaissais pas du tout l’existence de cet endroit! Ca parait complètement irréel ! On n’arrive pas trop à imaginer l’odeur qu’il peut en ressortir mais étant aide soignante ça devrait peut être passer crème mdrrrrr Et se glisser dans les dunes ça me plairait trop plus que le 4×4 car je suis un peu malade en voiture, et je sens déjà que je serais pas 100% sereine lol

    • Nico & Perrine dit :

      Tu ne veux pas imaginer l’odeur, je t’assure ! haha. Oui, les 4×4 dans les dunes, c’est comme les montagnes russes mais avec moins de sécurité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *