Argentine : Bariloche, découverte de la Patagonie

Nous avons rejoint San Carlos de Bariloche (dit Bariloche) en bus depuis Mendoza. Nous avons choisi la compagnie Cata International mais toutes proposent la même prestation, à savoir un départ dans la soirée pour une arrivée un peu moins de 20 heures plus tard à Bariloche à un prix identique, une quarantaine d’euros pour un trajet en semi-cama con servicio.

On a adoré la ville de Bariloche, on a eu l’impression d’être dans une des stations des Alpes qu’on aime tant. La ville est d’ailleurs surnommée “la petite Suisse argentine“; quand on voit l’architecture, les montagnes environnantes et les dizaines de magasins de chocolat on comprend vite pourquoi.

Elle est située au cœur du parque National Nahuel Huapi.

En hiver, Bariloche est un endroit privilégié pour skier et l’été, elle offre des dizaines de possibilités de randonnées sur un ou plusieurs jours. Nous y étions en inter-saison (octobre), nous avons tout de même profité des paysages incroyables alentours et (très) facilement accessibles.

La première chose à faire en arrivant est de vous procurer une carte de bus Sube et de charger du crédit (possible dans tous les commerces avec la vignette Sube sur la vitrine). Tout est faisable en bus et pour moins d’un euro par trajet, go !

 

L’incontournable Cerro Campanario

Le point de vue le plus connu de Bariloche est sans doute le sommet du Cerro Campanario. Du centre de Bariloche, on peut rejoindre sa base grâce aux bus 20 et 22. le trajet dure une grosse vingtaine de minutes et longe le lac Nahuel Huapi, mettez vous à droite si possible pour profiter de la vue !

Pour monter en haut du Cerro Campanario on peut emprunter un télésiège ou un sentier gratuit. Le télésiège a un côté fun mais aussi un coût, 7€ par personne. Evidemment, on s’est servi de nos jambes ! Un panneau indique 1 heure de montée, il nous a fallu moins de 30 minutes. Ça grimpe vraiment, ça réchauffe mais c’est franchement faisable.

La vue récompense vite l’effort, des paysages incroyables à 360°… Des montagnes, des lacs, des forêts. La seule chose un peu moins agréable est surement le monde du fait de la facilité d’accès (et encore on n’y était pas en pleine saison).

 

Balade dans le parque Llao Llao et souffle coupé

A notre sens, ce parc municipal sur la péninsule du même nom tout à l’ouest de Bariloche est également à ne pas louper. On peut y passer autant une heure que toute une journée.

C’est le bus 20 qui s’y rend (nous l’avons pris au Cerro Campanario après notre visite; les deux endroits se font très bien en une journée). Annoncez au chauffeur que vous allez au parc à prononcer Chao Chao.

Il y a plusieurs sentiers, nous avons fait une boucle en commençant par le Sendero Villa Tacul.

Sur ce dernier, un chemin permet d’accéder au Mirador Llao Llao, il faut absolument y aller. C’est selon nous la plus belle vue de notre séjour à Bariloche (oui, même mieux que le Campanario) et dont on a pu profiter seuls ! Encore une fois, ça monte mais on oublie vite quand on arrive au sommet, le souffle coupé par l’effort mais aussi par ce qu’on a sous les yeux.

Après être redescendus, nous avons continué notre boucle et avons emprunté le Sendero de Los Arrayanes qui longe le Lago Moreno. Cette partie doit également être très jolie, le temps s’était gâté pour nous, on a vu surtout du gris. On a quand même pu observer ces fameux Arrayenes dans le Bosque de Arrayanes sur le chemin, une espèce d’arbre à la forme particulière.

 

Curanto à la Colonia Suiza et Lago Moreno

A une quarantaine de minutes du centre de Bariloche avec le bus 10 (il y en a peu, vérifiez les horaires) se trouve la Colonia Suiza, une sorte de “village artificiel”; on y trouve surtout de petits stands d’objets (décoration, bijoux, accessoires…) faits main et de nourriture artisanale. C’est là où se trouve le vrai intérêt. Il n’est ouvert que le mercredi et le dimanche et il faut y aller clairement pour manger. Il y en a pour tous les goûts (empanadas, poissons, tacos patagoniens, pizzas, options végétariennes, desserts, bières et vins artisanaux…). On choisit son plat et on le déguste installé sur une des nombreuses tables partagées. L’ambiance est détendue, il y a de la musique, les personnes sont joviales. On y était venus sans conviction et on a adoré.

On y a gouté le Curanto, un plat traditionnel chilien et importé en Argentine. On peut voir sa préparation (c’est l’attraction) : différentes sortes de viande et de légumes cuits sous la terre entourés de feuilles et recouvert de pierres qui sont chauffées par un feu de bois.

Pour retourner à Bariloche, il y a plusieurs options : soit attendre un (rare) bus 10 qui va jusqu’au centre ville, soit monter dans un (moins rare) bus 13 qui fait une boucle jusqu’à son terminal à l’intersection avec l’avenue Bustillo où tous les bus passent (10, 20, 22…) soit utiliser un peu ses jambes…

Nous avons évidemment choisi de marcher ! Nous sommes sortis du village par la rue Zurich qui se poursuit par un chemin dans la forêt jusqu’au pont au dessus du Lago Moreno (une petite trentaine de minutes). La vue est superbe et on peut aller sur les plages au bord du lac.

Après une pause photos, nous avons continué notre route à pied encore une trentaine de minutes pour rejoindre l’avenue Bustillo et avons pris l’un des fréquents bus qui ramènent au centre ville de Bariloche.

Une excellente option pour éviter de patienter !

 

Le Refugio Frey, les pieds dans la neige

Pour avoir des informations sur les nombreux treks à faire dans le Parque National Nahuel Huapi, il faut se renseigner à l’Intendencia sur la rue San Martin de Bariloche (l’office du tourisme n’est pas compétent pour donner les informations). Avant tout départ, il faut s’inscrire sur le registre et le site Bariloche Trekking est également très utile.

A la période où nous y étions, la seule possibilité de grande randonnée était le Refugio Frey (seul refuge ouvert toute l’année, il faut réserver à l’avance pour y dormir). Nous avons fait l’aller/retour dans la journée, c’est faisable mais c’est long !

Le début de la randonnée est au Cerro Catedral. On s’y rend avec le bus 55 (il y en a très peu, vérifiez les horaires), le trajet dure presque 40 minutes.

Un panneau indique le départ du chemin de 9 km jusqu’au refuge. Les 6 premiers kilomètres sont faciles, les montées sont peu importantes et la vue sur le lac Gutierrez est très jolie.

La dernière partie jusqu’au refuge est plus difficile car plus pentue mais reste accessible. Notre plus grosse difficulté est d’avoir dû marcher dans la neige un peu avant l’arrivée. Nous avons mis 3h30 pour atteindre le Refugio Frey.

Les montagnes environnantes sont magnifiques, le refuge est très bien situé. L’hiver étant encore présent, le lac que l’on voit normalement était caché par la neige, dommage, ça aurait été encore plus beau !

Nous avons déjeuné à l’intérieur du refuge, le vent (glacial) soufflait fort et avons fait demi tour pour redescendre.

Il est possible de prendre un autre chemin, ce que nous avons fait : le sentier Gutierrez de 10 km. Les paysages sont différents, c’est une bonne option et, surtout, on arrive à la fin sur la jolie Cascada de los Duendes. Nous avons mis un peu plus de 3 heures pour le retour.

C’est le bus 50 dans la ville de Los Coihues (plus fréquent que le 55) qui ramène au centre de Bariloche.

Si vous souhaitez voir la Cascada de los Duendes sans faire la randonnée jusqu’au Refugio Frey, elle se situe à seulement 3 kilomètres de l’arrêt du bus 50 et le sentier longe le lac Gutierrez, cela peut constituer une balade agréable.

En tout, cette randonnée représente 22 km. Elle est vraiment faisable sur une journée mais il faut quand même prévoir le temps nécessaire d’arriver au bout (et d’en avoir plein les pattes !).

 

Où dormir, où manger ?

 

Il y a des dizaines de logements à Bariloche, beaucoup d’auberges de jeunesse. Il y a une petite brochette sur l’avenue Salta. Nous avons testé Hostel Inn Bariloche et Moving Hostel Travel Bar. Les deux sont très biens et offrent des prestations similaires : 15 €  pour deux personnes pour une chambre double privée, salle de bain commune et petit déjeuner. Le petit plus de l’Hostel Inn est la vue imprenable depuis sa terrasse.

Bariloche est un bon endroit pour se faire plaisir gustativement (et récupérer toutes ces calories perdues en randonnée). Du chocolat chez Rapa Nui ou Del Turista, de la bonne viande chez El Boliche de Alberto, laissez vous tenter !

Bariloche a été une super introduction à la Patagonie, on continue notre exploration de cet endroit du monde si particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *