Chili : Torres Del Paine, sans faire le Trek W

Le parc national Torres Del Paine, en Patagonie est un des endroits les plus connus (et les plus touristiques) du Chili.

Il représente un espace de 227 298 ha de toute beauté mais surtout géré de main de maître par le gouvernement chilien via la CONAF. Tout est encadré, dirigé et surtout… payant (et cher).

Souvent, les visiteurs restent plusieurs jours dans le parc pour effectuer le célèbre trek W. Cette randonnée de 4 à 5 journées nécessite de réserver des hébergements pour les nuits passées dans le parc (le camping sauvage n’est pas autorisé). Si vous êtes (très) riches, optez pour les lodges et sortez les billets (plusieurs milliers de dollars US). Si ce n’est pas le cas, vous pouvez dormir dans les refuges ou sur l’un des emplacements de campings. Bien que plus abordables, les prix de ces hébergements restent élevés par rapport aux prestations. Surtout, si vous voulez être certain d’avoir une place, il est préférable d’organiser son parcours et les réservations plusieurs mois à l’avance (bien que ce ne soit pas impossible une fois sur place) et de prévoir l’équipement en conséquence.

Nous avons décidé de nous rendre au Parc Torres Del Paine deux jours avant d’y mettre les pieds (anticipation bonjour) et la météo était mitigée. On a donc joué la sécurité et avons pris le parti de dormir à Puerto Natales, la ville la plus proche du parc (à deux heures de route tout de même) et d’improviser.

L’hôte de notre logement, l’hostel 53 Sur, a été d’une grande aide, on recommande cette adresse à très bon rapport qualité/prix.

 

L’incontournable base de Las Torres

 

Il est possible en une journée depuis Puerto Natales d’effectuer la randonnée qui permet d’admirer les stars du parc : Las Torres et la lagune qu’elles surplombent.

Des bus partent tous les matins de la gare routière. Il y a de nombreuses compagnies, toutes proposent sensiblement la même chose et au même prix. Il faut compter 15 000 CLP pour le trajet aller/retour.

Les véhicules partent à 7 heures et déposent ses passagers à la première entrée du parc (Laguna Amarga) aux alentours de 9 heures.

Là, on doit regarder une vidéo de sensibilisation et s’acquitter des droits d’entrée.

Le ticket coûte 21 000 CLP et est valable 3 jours (validité plus longue si on ne ressort pas du parc).

Ensuite, des navettes permettent de rejoindre le début de la randonnée, 7 kilomètres plus loin pour 3000 CLP par trajet (soit 6000 CLP aller/retour). Cette partie est faisable à pied… en théorie. A moins que vous ne soyez un très très bon marcheur (et/ou dans une forme olympique) et donc prêt à ajouter 14 km au parcours, cette navette est indispensable.

Avant de vous lancer dans la randonnée, vous devrez montrer votre ticket valide à un ranger en passant par un bâtiment (qui sert aussi de resto/bar et bureau d’excursions).

Après un bon kilomètre plat qui traverse quelques hébergements et où l’on distingue déjà les Torres de loin, la vraie marche débute par une montée pendant une petite heure. La vue quand on se retourne est splendide : des lacs à plusieurs niveaux et du vert à perte de vue.

Une fois en haut, on rejoint facilement le camping Chileno où faire une petite pause et remplir sa gourde.

La suite est également facile, sans vrai dénivelé et majoritairement en forêt jusqu’à l’embranchement qui mène au poste de garde Avanzada (seules toilettes gratuites de la randonnée).

C’est à cet endroit, presque 1 kilomètre avant l’arrivée que les choses deviennent sérieuses. Il faut compter environ 2 heures pour effectuer les 9 premiers kilomètres et presque 1 heure pour arriver à bout de ces derniers 800 mètres… Ça grimpe et le chemin est une succession de grosses pierres. Préparez vos cuisses et votre souffle !

Pourtant, quand on aperçoit le panorama tant attendu, on oublie l’effort.

Le retour est plus simple, la randonnée n’étant pas une boucle, on revient sur ses pas, il s’agit donc essentiellement de descente et de plat. Le plus compliqué à supporter est l’affluence sur le sentier.

A 18 heures, nous étions de retour à l’endroit d’où repartent les navettes. Les trajets entre ce point et le poste de garde Laguna Amarga s’effectuent entre 18h30 et 19h45.

Les bus qui ramènent ensuite à Puerto Natales démarrent à 20 heures. Nous étions de retour à notre auberge vers 22h30 (épuisés, affamés mais avec des Torres plein les yeux !).

 

De cascades en glacier

 

Nous voulions en voir davantage. Même si ce n’est pas dans nos habitudes, nous avons pour une fois “fait les gros touristes” et avons réservé une journée avec une agence via notre hostel. Pour 30 000 CLP (entrée du parc en supplément si on ne l’avait pas payé la veille), nous avons passé la journée avec un guide et un petit groupe. Nous avons parcouru le parc en mini bus en faisant plusieurs arrêts et avons ainsi pu profiter facilement de différents endroits du parc tous plus magnifiques les uns que les autres. Nous avons suivi la route qui traverse le parc depuis la Laguna Amarga jusqu’au poste de garde Lago Grey.

La météo était (presque) parfaite, nous avons été subjugués par la beauté des paysages, les massifs montagneux, les différents lacs… On a également eu la chance de croiser la route de plusieurs guanacos et d’un renard gris.

Nos coups de cœur de la journée ont été la vue sur le lac Pehoe (où nous avons déjeuné à midi) et les icebergs qui se détachent du glacier Grey.

En conclusion, nous n’avons pas regretté de ne pas avoir fait le trek W et nous avons adoré le parc Torres Del Paine. Les journées étaient longues et fatigantes mais “on se reposera quand on sera morts” et au final, nous avons moins dépensé que si nous avions dormi à l’intérieur du parc. D’autre part, avec ces options, nous avons quand même pu admirer plusieurs paysages, points de vue et effectuer la fameuse randonnée jusque Las Torres.

Peut-être qu’un jour, on tentera carrément le circuit O (ou Circuito) sur 8 jours !

2 Responses

  1. Ayant vécu et travaillé à Puerto Natales et pu profiter 2 fois du W dans Torres del Paine, j’en suis désormais une fan inconditionnelle et rêve d’un 4ème séjour où je découvrirait également le Circuito.

    Mais effectivement, lors de mon premier passage (fin mai 2010, début de l’hiver), j’y avais fait comme vous, des excursions plus courtes. Ce sont elles qui ont marqué mon coeur et qui n’ont eu de cesse de me rappeler là-bas.

    Vos photos rendent magiquement la beauté et les couleurs des lieux. 😍

    • Nico & Perrine dit :

      On aimerait beaucoup y retourner aussi et tenter un trek. Il faudrait quand même qu’on ait une météo parfaite pour se lancer ! Haha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *