Argentine : 5 activités gratuites à Buenos Aires

Nous avons passé une semaine complète dans la capitale argentine, Buenos Aires. Nous y étions surtout pour nous reposer et préparer la suite, nos journées ont donc été plutôt tranquilles, installés dans notre AirBnB cosy à vivre (presque) comme les porteños.

Nous avons toutefois découvert sans nous presser cette immense ville délimitée en quartiers, chacun ayant son ambiance et ses caractéristiques (Palermo, San Telmo, Retiro, Recoleta, Belgrano…). Le meilleur moyen de découvrir Buenos Aires est de se promener dans chacun d’eux et de s’imprégner de leurs atmosphères.

On a beaucoup apprécié le fait de pouvoir accéder à pas mal d’endroits, sans dépenser un centime.

Voici nos 5 propositions d’activités gratuites dans la ville pour les plus fauchés !

 

Visiter la Boca

 

C’est probablement le quartier incontournable lors d’un passage à Buenos Aires. C’est à cet endroit que se situait la première ville de Buenos Aires.

En réalité, ce n’est qu’une partie de la Boca qui se visite, Caminito, 3 rues où se succèdent les bâtiments colorés, les restaurants et bars avec shows de tangos, les magasins de souvenirs et les stands de « produits artisanaux ».

On est loin d’un endroit authentique (et sans touristes…) mais l’ambiance est festive et sympa. Certains n’aiment pas du tout le côté fake de l’endroit. Si on ne peut pas nier cet aspect, nous on a vraiment aimé se balader un petit moment et passer de rues en rues.

D’autre part, à quelques pas seulement, se trouve le célèbre stade de la Bombonera, celui qui accueille les matchs de foot de l’équipe Boca Junior. A défaut de pouvoir assister à une rencontre, la saison étant terminée, Nico a acheté un maillot à l’effigie de cette équipe argentine et a profité de l’extérieur du stade. Nous sommes tombés par hasard sur un attroupement de supporters (on n’a pas vraiment compris ce qu’ils faisaient là) et Nico s’est retrouvé inclus dans la masse à scander des chants de supporters… qu’il ne connait pas !

Attention, à part les quelques rues touristiques où il n’y a aucun problème (et qui sont surveillées), le reste du quartier de la Boca peut être dangereux. Pour s’y rendre en transport en commun, il faut donc bien monter dans un bus qui va à l’arrêt Caminito (et pas seulement La Boca). Les bus 64 et 29 notamment, qui passent par la Plaza Mayo s’y rendent sans difficultés.

 

Faire la chasse au street art à Palermo

 

On a beaucoup apprécié ce quartier (un peu bobo), dynamique et décontracté. On y trouve beaucoup de restaurants (entre autres de très bonnes parillas) et de bars, le genre d’endroits où se retrouvent les jeunes porteños en soirée.

Surtout, dans chaque rue, des murs entiers sont recouverts d’œuvres de street art. On peut donc s’amuser à chercher celle qu’on préfère, plus ou moins colorée, plus ou moins engagée.

Les peintures évoluent constamment, sont remplacées, effacées, pour en accueillir de nouvelles. La chasse au street art est donc sans fin puisque le changement est régulier.

 

Prendre l’air dans les parcs

 

Dans une grande ville, il est toujours agréable de pouvoir se réfugier dans un endroit avec un peu de nature. Dans le quartier de Palermo se trouve le jardin botanique qui est joli et agréable. On peut observer des plantes des 4 coins du monde, le jardin est organisé en « continent ».

On recommande vraiment l’endroit, surtout quand il fait très chaud, c’est parfait pour une balade ombragée.

Juste en face, se trouve l’éco parc de Buenos Aires. Le gouvernement a nationalisé cet ancien parc zoologique. Il est actuellement en pleine restructuration pour devenir un centre de préservation et de la biodiversité. L’initiative est en tant que telle, un super projet. On observe dans le parc des cages où étaient auparavant enfermés les fauves ou ours. Il reste encore deux (très vieux) chameaux et un petit groupe d’éléphants qui n’est plus montré au public. Surtout, il y a des dizaines de maras de Patagonie qui se déplacent en totale liberté dans le parc. Tout aussi libres, plusieurs paons partagent l’espace de ces gros rongeurs.

La Reserva Ecologica Costerna Sur du côté de Puerto Madero représente également un espace étendu où se promener, observer la faune et la flore.

 

Aller au cimetière

 

On vous l’accorde, dis comme ça, ça ne fait pas rêver ! Pourtant, le cimetière de la Recoleta se visite et il y a du monde sur et sous terre.

On y entre via un portail imposant et on comprend très vite que ce n’est pas un cimetière comme les autres. Ici, ce ne sont pas des tombes mais des caveaux énormes, chacun rivalisant de fioritures et de grandeur. On s’y balade comme dans un quartier en empruntant des rues. La plupart des sépultures appartiennent à de grandes familles riches et/ou célèbres.

Le caveau le plus visité est celui d’Eva Peron (ou Evita).

Ce qui nous a le plus impressionnés, outre la taille des édifices, c’est que les cercueils sont souvent « à portée de vue » et sont plus ou moins en bon état…

A quelques centaines de mètres du cimetière se trouve l’emblème de la capitale argentine : La Florica Generica haute de 23 mètres et avec la tige dans un bassin. Elle s’ouvre et se ferme en fonction du moment de la journée.

 

S’instruire sur l’Argentine

 

La plupart des musées à Buenos Aires sont gratuits. Ils ne sont pas tous très fournis et intéressants mais certains valent vraiment le détour.

Nous avons particulièrement apprécié le Cabildo, dans le bâtiment colonial sur la place Mayo ou, dans un tout autre style le Centre Culturel de Recoleta.

Vous pouvez aussi en apprendre plus sur l’histoire argentine, la ville de Buenos Aires ou admirer des œuvres d’art contemporaines dans d’autres musées.

Avec un peu d’organisation, les samedis, il est possible de visiter la Casa Rosada (le palais du gouvernement), située sur la Plaza Mayo. Il faut pour cela s’inscrire en ligne sur le site en réservant un créneau (et s’y prendre une quinzaine de jours à l’avance). Nous, on s’est juste pointés devant les grilles sans rien avoir préparé, ça n’a pas marché ! C’est là où se passe la relève de la garde.

Buenos Aires est une ville où il y a plein de choses à faire, où l’on peut flâner dans le quartier qui correspond à l’humeur et l’envie du jour. Cette semaine nous a fait du bien avant de repartir à la découverte d’un nouveau pays, le 3ème, pile deux mois après notre départ de France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *